Vous prenez le train, le tramway, le métro, le bus ou le bateau-bus chaque jour pour aller travailler ? A moins d’habiter près d’une station et de travailler près d’une autre, vous marchez pour rejoindre votre moyen de transport. Et si vous preniez un vélo pour réduire le temps et simplifier vos trajets ?

 

Pourquoi combiner vélo et transports en commun ?

D’abord la logique peut être économique puisqu’il faut parfois prendre plusieurs abonnements si vous devez combiner plusieurs modes de transports.

Il y a aussi le gain de temps puisque vous vous déplacez plus vite, vous réduisez vos temps de trajets et économisez ainsi de précieuses minutes à consacrer à votre famille ou à vous-même.

N’oublions pas non plus que vous serez moins fatigués par un trajet en vélo que par de longues marches quotidiennes.

Enfin, le vélo est bon pour votre santé et participe à un mode de vie sain, l’impact est donc également positif pour votre santé.

 

Pourquoi concilier vélo pliant et transports en commun ?

Vous êtes convaincus et êtes prêt à coupler transports en commun, mais votre train n’est pas équipé pour l’accueil des vélos ? Vous ne savez pas non plus comment stocker votre vélo sur votre lieu de travail ? Le vélo pliant semble donc une excellente alternative qui répond en plus à ces problématiques.

 

En effet, il se plie rapidement et permet son stockage dans tous vos transports en commun.

Dans les trains, comme dans la plupart des autres modes de transports collectifs, votre vélo pliable sera considéré comme un bagage à main et accepté gratuitement. En cas de doute, n’hésitez pas à vérifier auprès de la société de transports la possibilité de l’emmener avec vous.

Plus léger et pratique à manier qu’un vélo tout terrain, vous porterez votre vélo avec plus de facilité dans les escaliers ou autres obstacles urbains.

Dans sa housse de transport, votre vélo pliant est protégé et peut être stocké facilement au cours de vos trajets comme au sein de votre entreprise. Vous réduisez ainsi considérablement les risques de vols inhérents à l’utilisation d’un vélo traditionnel laissé dans la rue.