Le Tour de France  2016 s’est élancé et ce sont pas moins de 198 coureurs qui se sont élancés pour la plus grande course cycliste de l’année. Chaque équipe a ses objectifs qu’ils soient une place au général, une victoire d’étape, un maillot de leader… pour ce faire, les directeurs sportifs s’appuient sur des coureurs aux profils différents, on passe ces différentes catégories en revue au fil de cet article.

Le sprinteur

Clairement, il n’a pas peur de frotter ni de jouer des coudes. Il est très puissant et dispose d’une bonne pointe de vitesse. Bien emmené par ses équipiers jusqu’aux 200-300 mètres de l’arrivée , le sprinteur a pour mission de finir le travail de ses équipiers qui ont parfois travaillé toute l’étape.

Il vise des victoires d’étapes, le port du maillot jaune en début de Tour, la victoire prestigieuse sur les champs Elysée lors de la dernière étape et le maillot du classement par points.

En revanche, il doit franchir la montagne et rentrer dans les délais, ce qui n’est pas toujours simple pour des gabarits plutôt costauds.

Le grimpeur

Alors le grimpeur, dynamite la course en portant de violentes attaques dès que la route s’élève. Souvent il perd trop de temps sur le contre la montre pour viser la victoire finale, mais il ne faut quand même pas lui laisser trop d’avance.

Il peut viser les victoires d’étapes, le maillot de meilleur grimpeur et le classement général.

Le rouleur

Le rouleur est un coureur increvable, il peut se mettre en tête du peloton et passer de longs relais pour rattraper une échappée ou préparer un sprint par exemple. Il affectionne particulièrement les efforts en solitaire est très performant sur les contre la montre.

Il peut donc rechercher la victoire d’étape, voire revêtir le maillot jaune si le Tour de France commence par un prologue et assister ses leaders.

Le puncheur

Certains coureurs ont une forte capacité à répondre et à porter des attaques, ils ont aussi la capacité de décanter la course pour aller chercher la victoire, on parle de puncheurs.

Le baroudeur

Très proche du puncheur, le baroudeur n’a pas peur de se lancer dans de longs raids solitaire. Il a un mental hors norme et plusieurs centaines de kilomètres, seul en tête de la course ne l’effraient absolument pas.

Il tente de remporter une étape en effectuant de gros efforts, au pire, il récoltera le trophée du super combatif du jour. En répétant cet exploit, il peut être désigné super combatif du Tour de France.

 

Nous avons passé en revue les différents coureurs du Tour de France, vous pouvez désormais analyser plus facilement les étapes diffusées à la télévision. Quel profil de coureurs préférez vous ?